Il est tard, je l'attends, je m'inquiète. J'entends les pompiers, c'est sûr c'est pour lui, j'imagine le pire, un accident, une chute, n'importe quoi. Si le téléphone sonne je m'évanouis, je suis veuve. Les amis vont débarquer, ils se feront un plaisir de me consoler « tu peux compter sur nous. » Hypocrites. Je ne veux voir personne. Je suis inconsolable. Je veux rester seule avec mon chagrin. Jamais je m'en remettrai, il était tout pour moi.

 

La porte s'ouvre :

- Salaud, c'est à cette heure-là que tu arrives !